Logo du Tahoeraa Huiraatira
Contactez nous Rejoignez nous Soutenez nous Votre Newsletter
  • Inscrivez vous à notre Newsletter pour la recevoir par email.

Les réalisations

  • Twitter
  • Facebook
L'emploi en Polynésie française constitue un véritable défi en raison de la jeunesse de la population. Ce sont environ 4000 personnes qui doivent chaque année s'insérer sur le marché du travail. Malgré l'arrêt brutal des activités du CEP en 1992, la politique active du Tahoeraa Huiraatira en matière de soutien à l'économie a permis de maintenir une croissance soutenue, notamment à partir de 1996. Cette croissance, qui pendant les dernières années était de plus de 4%, a été moteur de création...

... d'emploi et de création d'entreprises, d'autant que les gouvernements Tahoeraa ont mis en place un certain nombre de dispositifs d'aide dans ces domaines (contrats création d'entreprise, contrat création d'emploi, contrats pour travailleurs handicapés…). La mise en place de dispositifs de défiscalisation tels la loi Flosse ont également incité les investisseurs à développer de nouveaux projets créateurs d'emplois, particulièrement dans les secteurs de l'hôtellerie et du bâtiment. Enfin, une politique volontariste de grands travaux structurants est venue conforter cette dynamique de l'emploi. Ainsi, en dix ans, 10.000 entreprises ont été crées et près de 20.000 emplois ont été générés. Ainsi, dans le bilan de la décennie 1992-2002, établi par Christian Vernaudon, on relève que le nombre de salariés a enregistré une hausse spectaculaire de 3,4% l'an en moyenne, passant de 42.000 à 58.400. Dans le même temps, le taux de chômage a considérablement baissé puisqu'il était de 13,7% en 1996 et de 11,7% en 2002, traduisant bien que l'afflux annuel de jeunes sur le marché du travail a pu être maîtrisé.
Mais les gouvernements Flosse se sont aussi attachés à mettre en place des dispositifs pour favoriser l'insertion sociale des personnes les moins qualifiées ou les plus démunies. Le Dispositif d'Insertion des Jeunes (D.I.J.), qui a procuré un revenu de 60.000 F par mois (revalorisé à 65.000F en 2004) à près de 15.000 jeunes depuis sa création en 1996. Par ailleurs, le Tahoeraa Huiraatira, qui a toujours privilégié l'activité à la rémunération du chômage, a mis en place, à partir de 2001, un dispositif particulier pour permettre aux personnes privées d'emploi de se réinsérer dans le monde professionnel. Ainsi, le Chantier d'intérêt général (C.I.G) a permis à près de 10.000 demandeurs d'emploi de retrouver le chemin de l'insertion professionnelle moyennant une indemnité mensuelle de 80.000F. On notera un taux de conversion élevé de ces dispositifs puisque qu'environ 50% des stagiaires ont pu bénéficier à terme d'un contrat d'embauche.
La politique du Tahoeraa pour favoriser l'insertion professionnelle s'est également orientée vers le renforcement de la formation pour adultes au travers du Centre de formation professionnelle (CFPA) qui accueille environ 3000 stagiaires par an dans ses deux unités de Pirae et Punaauia qui devrait être prochainement être complétées par celles de Taravao et Raiatea, ces deux chantiers ayant été lancés par le Tahoeraa. Mais cette politique de formation s'est également organisée dans les îles, notamment en ce qui concerne les métiers du tourisme et de l'hôtellerie, avec le recours à organismes de formation privés financés par la puissance publique.

  • Twitter
  • Facebook

Facebook

Restons connectés sur notre page officielle !

Tahoeraa Huiraatira

Actualités

Restez informés : Newsletter / RSS

BONNE ET HEUREUSE ANNEE 2019

BONNE ET HEUREUSE ANNEE 2019

Articles
Le 28/12/2018