Logo du Tahoeraa Huiraatira
Contactez nous Rejoignez nous Soutenez nous Votre Newsletter
  • Inscrivez vous à notre Newsletter pour la recevoir par email.

Les réalisations

  • Twitter
  • Facebook
Offrir à chaque Polynésien, quels que soient ses revenus, son âge ou l'île où il vit, un même accès à des soins de qualité constitue un objectif que tous les gouvernements Tahoera'a se sont attachés à réaliser. Il s'agit là d'un défi formidable si l'on songe à l'éparpillement de nos îles et aux distances qu'il faut franchir lorsque la santé d'une personne est en jeu. Nulle part dans le Pacifique insulaire la vie n'a ce prix.

La mise en œuvre de la protection sociale généralisée (PSG) à partir de 1996 a permis des avancées considérables dans la réduction des inégalités : l'assurance maladie obligatoire a généralisé les droits à l'hospitalisation gratuite pour tous, la prise en charge à 80% en tiers payant des médicaments, la gratuité totale des soins pour les personnes admises au régime de la longue maladie, le droit pour chacun aux évacuations sanitaires pour les soins courants comme pour les urgences médicales. La PSG a fourni un financement aux établissements d'hospitalisation publique et privée qui ont pu ainsi développer les techniques de soins les plus modernes et éviter une partie des évacuations sanitaires vers l'extérieur. Le secteur libéral s'est étendu et les habitants des îles les plus peuplées peuvent aujourd'hui recourir à une médecine moderne, proche de chez eux. Pour améliorer les conditions de vie dans les archipels, les moyens de la santé publique ont été augmentés d'année en année grâce aux efforts des budgets publics et ceci malgré la difficulté à trouver du personnel qualifié acceptant de travailler en poste isolé. Dans le cadre des contrats de développement, l'Etat et la Polynésie française ont associé leurs moyens pour construire, rénover, agrandir de nouvelles structures de santé : hôpitaux d'archipels, centres médicaux, infirmeries, centres de secours. Les équipements médicaux et techniques ont été améliorés et la disponibilité de médicaments gratuits a été rendue possible du fait de l'augmentation régulière des budgets du secteur de la santé. Les indicateurs internationaux révèlent les progrès accomplis depuis une quinzaine d'années : la durée de vie des Polynésiens s'est accrue régulièrement, la natalité s'est stabilisée pendant que le taux de mortalité infantile atteignait les normes des pays occidentaux. La mise en chantier du nouvel hôpital de Taaone, décriée par le Tavini Huiraatira mais réclamée par les professionnels de santé a été une décision courageuse et tournée vers l'avenir pour garantir, pour les prochaines décennies, des soins de qualité sur place. Cependant si la santé n'a pas de prix, elle a malheureusement un coût que supporte solidairement notre société. L'effort de rationalisation et de maîtrise des dépenses de santé qui a été entrepris porte ses fruits aujourd'hui mais nécessitera une vigilance constante, d'autant que le développement des pathologies liées à un mode de vie trop inactif, à une alimentation déséquilibrée engendrent des coûts élevés. A terme, la prévention doit prendre le pas sur la priorité actuelle donnée aux soins. Aussi la majorité Tahoera'a Huiraatira a voté en 2003 la création de l'EPAP (établissement public administratif pour la prévention) et l'instauration de taxes nouvelles sur les boissons alcoolisées et les produits sucrés pour lui apporter des financements réguliers nécessaires à de nouveaux et ambitieux programmes de prévention comme le dépistage des cancers gynécologiques, la lutte contre le diabète et l'obésité, contre l'alcoolisme, le tabagisme et la consommation de drogues.

  • Twitter
  • Facebook

Facebook

Restons connectés sur notre page officielle !

Tahoeraa Huiraatira

Actualités

Restez informés : Newsletter / RSS