Logo du Tahoeraa Huiraatira
Contactez nous Rejoignez nous Soutenez nous Votre Newsletter
  • Inscrivez vous à notre Newsletter pour la recevoir par email.

Les interventions

Le Jeudi 9 Novembre 2017
  • Twitter
  • Facebook
Allocution de Jean TEMAURI à l´Assemblée de la Polynésie française
Projet de délibération approuvant le projet de convention relative à l'attribution d'une subvention de l'Etat pour l'opération ' système de communication à haut débit par câbles sous marins à fibres optiques et réseaux de faisceaux hertziens.
Ia ora na, L'installation du câble Honotua a plus que fait ses preuves. Il a permis notamment à réduire la fracture numérique entre le pays et le reste du monde. Il était une nécessité pour notre marché local et, entre autres, pour le développement de notre tourisme, mais aussi des métiers du numérique.
 

Lors de l'étude du SDAN (schéma d'aménagement du numérique) au sein de notre hémicycle, s'il y a une chose qui nous a marqués, c'est le constat que malgré leur éligibilité à la fibre optique et donc au haut débit, très peu de ménages ont choisi de s'y abonner.

Le CESC relevait d'ailleurs que sur les 18000 prises installées, seulement 300 clients se sont raccordés à la fibre, dont 100 entreprises.

En effet, le prix pour un abonnement est de 19 900 francs par mois ! Il y a, bien entendu, une offre à 14 900 francs, mais qui n'est valable que sur 12 mois. Après un an, le forfait se fixe bien à 19 900 francs.

Quand un ménage est habitué à payer un forfait à 6100 francs par mois, et qu'il trouve déjà que cela coûte cher pour le service qu'il reçoit, comment le convaincre de payer le triple, malgré une meilleure qualité de service ? 

Aujourd'hui nous sommes appelés à approuver un projet visant à installer le haut débit dans certaines îles des Marquises et des Tuamotu. Alors nous sommes en droit aujourd'hui de nous poser la question : si les habitants de Tahiti sont frileux à l'idée de payer un abonnement si cher, cela  ne sera-t-il pas pire dans les îles éloignées ?

Le rapport mentionne bien que le satellitaire est limité notamment parce qu'il est très onéreux. Aussi, l'installation de ces câbles sous-marins et réseaux de faisceaux hertiziens devraient, théoriquement, amoindrir les coûts. Cela, couplé à la participation de l'Etat à un tel investissement, devrait avoir une répercussion positive sur les tarifs proposés aux clients. Qu'en sera-t-il ?

Le Tahoeraa Huiraatira a voté favorablement pour ce projet en commission législative, et cela est tout à fait normal, puisqu'il s'agit de progrès. Mais le progrès a parfois ses limites…

Néanmoins, nous restons convaincus que la population des îles éloignées est impatiente que ce projet aboutisse. Et nous sommes d'ailleurs ravis de constater que la mise en service n'a pas été repoussée, et reste fixée à la fin de l'année 2018.

Le SDAN détaille précisément les opportunités d'un tel projet et cela permettra notamment de poursuivre le développement du tourisme dans les archipels. Entre autres, et comme l'a souligné le rapporteur, cela participera également à la mise en place de l'e-santé et de l'e-éducation.

Bien entendu, nous, élus du Tahoera'a Huiraatira, soutenons cette délibération, tout comme nous avons soutenu la phase 1 du projet. Mais nous appelons à une réflexion autour du tarif proposé aux consommateurs finaux.

Je vous remercie de votre attention.

  • Twitter
  • Facebook