Logo du Tahoeraa Huiraatira
Contactez nous Rejoignez nous Soutenez nous Votre Newsletter
  • Inscrivez vous à notre Newsletter pour la recevoir par email.

Conférences de Presse

Le Mercredi 28 Avril 2010
  • Twitter
  • Facebook
Non à une foire où tout est à vendre
Le Sénateur Gaston Flosse, leader du Tahoeraa Huiraatira, a tenu une conférence de presse ce mercredi 28 avril  en réponse à Gaston Tong Sang, qui, la veille avait présenté " la situation budgétaire et financière de la Polynésie ". Il a réaffirmé son opposition absolue à l'abandon ou la vente d'ATN  des navires de la société Tahiti Nui Ravai ou de TNTV. Si Gaston Tong Sang a bien établi un diagnostic, qui était d'ailleurs connu, il n'a donné aucune ...
 piste pour l'avenir et le développement de notre pays." J'ai souhaité m'exprimer, au nom du Tahoeraa Huiraatira, en réaction à certaines déclarations du président Tong Sang hier au sujet des difficultés financières de la Polynésie française. Personne n'ignore ces difficultés. Personne ne conteste la nécessité de prendre des mesures énergiques pour réduire nos dépenses de fonctionnement, assurer une meilleure rentrée des recettes fiscales et rétablir durablement l'équilibre budgétaire.
Le président Tong Sang a organisé hier une réunion pour informer les élus et la population de l'importance de la crise. C'est bien ; on n'est jamais trop bien informé. Mais, comme l'a dit M. Bouissou à la sortie de la réunion : " On nous a fait le constat de quelque chose que nous savions déjà. Maintenant, quelles sont les préconisations ? Nous n'avons eu aucune préconisation ce matin… "
C'est un vrai problème. C'est bien de tirer la sonnette d'alarme, de déclencher l'alerte etc… Mais ce que les Polynésiens attendent de leur président c'est qu'il leur dise ce qu'il va faire pour les sortir de la crise. Malheureusement nous n'avons eu aucune indication claire sur les intentions du président.

J'ai souhaité m'exprimer, au nom du Tahoeraa Huiraatira, en réaction à certaines déclarations du président Tong Sang hier au sujet des difficultés financières de la Polynésie française.

Personne n'ignore ces difficultés. Personne ne conteste la nécessité de prendre des mesures énergiques pour réduire nos dépenses de fonctionnement, assurer une meilleure rentrée des recettes fiscales et rétablir durablement l'équilibre budgétaire.

La seule piste qu'il a indiquée pour réduire nos dépenses, c'est la liquidation de nos outils de développement comme notre compagnie aérienne et nos bateaux de pêche. Selon l'expression consacrée, M. Tong Sang nous propose de vendre les bijoux de famille pour assurer les fins de mois.

Je suis sidéré, profondément choqué, d'entendre le président déclarer sereinement que s'il y a un repreneur pour Air Tahiti Nui, il est prêt à le recevoir. Est-ce qu'il est vraiment conscient de ce qu'il dit ? Air Tahiti Nui n'est peut-être pas bien géré. Dans ce cas il faut changer la direction. Mais peut-on sérieusement envisager de vendre cette compagnie ? Qui serait assez naïf pour croire qu'un investisseur privé rachèterait Air Tahiti Nui pour poursuivre son activité en Polynésie ? Tout le monde sait bien ce qui se passerait. L'acquéreur ne serait intéressé que par la valeur des avions et il les revendrait, liquiderait la compagnie et mettrait 800 Polynésiens au chômage. Nous n'aurions plus aucun espoir de faire venir des touristes et les Polynésiens eux-mêmes seraient soumis au monopole d'Air France dont la politique a toujours été de mettre le moins de vols possible pour s'assurer qu'ils seront toujours bien remplis et à des tarifs aussi élevés que possible Air Tahiti Nui est indispensable.

Non, Monsieur TONG SANG, ne vendez pas Air Tahiti Nui, Air Tahiti Nui est vitale pour notre devenir tout entier.

Les bateaux de Tahiti Nui Rava'i sont également nécessaires. C'est un outil de développement d'une de nos principales ressources : la mer.

Souvenez-vous dans les années 2002-2003, nous exportions jusqu'à 90% de nos produits de pêche. Les bateaux de Tahiti Rava'i Nui ont connu quelques déboires mais sont de nouveaux prêts à prendre la mer pour en ramener des richesses.

Non, Monsieur TONG SANG, nous ne voulons pas de grande braderie de notre flottille de pêche, secteur productif par excellence, objet de toute les convoitises depuis que la pêche au thon est sévèrement règlementée dans l'hémisphère nord.

Enfin TNTV. Ce n'est pas un outil de développement économique mais c'est notre seul outil de communication spécifiquement et culturellement polynésien.


Se débarrasser de TNTV, c'est rétablir de fait, le monopole de l'information audio visuelle de la télévision d'état, RFO.

Déjà, nous subissons de fait, le monopole du groupe HERSANT sur la presse écrite, alors pourquoi cet acharnement à vouloir se débarrasser de notre télévision, je le répète, lien culturel important pour les populations des différents archipels polynésien.

Non, Monsieur TONG SANG, ne vendez pas cet outil nécessaire à l'affirmation de notre identité, de notre histoire et de notre culture.

Il y a assurément des économies à faire dans le fonctionnement des services et des établissements publics. Nous sommes prêts à soutenir des mesures dans ce sens. Mais nous ne soutiendrons en aucun cas la vente ou la liquidation de nos outils de développement.

Nous disons donc non catégoriquement et avec force à tous ceux qui pourraient faire ressembler notre pays à une foire où tout serait à vendre.



  • Twitter
  • Facebook

Facebook

Restons connectés sur notre page officielle !

Tahoeraa Huiraatira

Actualités

Restez informés : Newsletter / RSS