Logo du Tahoeraa Huiraatira
Contactez nous Rejoignez nous Soutenez nous Votre Newsletter
  • Inscrivez vous à notre Newsletter pour la recevoir par email.

La vie du mouvement

Le Mercredi 25 Janvier 2012
  • Twitter
  • Facebook
Gaston Flosse sur la côte Est, avec la population de Tiarei
Gaston Flosse, comme à son habitude, s’est lancé dans la bataille des législatives. Président du Tahoera Huiraatira il n’est pas question pour lui de laisser la moindre commune sans lui rendre visite. Mercredi 25 janvier c’est à Tiarei, sur la côte Est, au domicile de Moe Hunter, que la délégation composée du sénateur ...

 

 Gaston Flosse, de Pascale Haiti, Henri Flohr, Jonas Tahuaitu, Marcel Tuhani Jr, Madeleine Bremond, Heloïse Brothers et le président de la Fédération Edwige Uparu a présidé  une importante réunion.

Ils étaient plus de 200 personnes, militants et sympathisants du Tahoeraa, à s’être rendus  à cette réunion qui avait pour but l’homologation d’une centaine de sections. C’est à travers ces homologations et  leur nombre croissant, que l’on constate que le Tahoeraa est toujours ce qu’il a été : le premier parti du pays.

D’emblée Madeleine Brémond s’est adressée à l’assistance et, comme elle le fait dans les autres communes, elle a souligné l’importance pour tous de participer activement, auprès de la population , à la mise en place de nouvelles sections. L’échéance des élections législatives approche à grand pas et désormais, il  s’agit de préparer le scrutin de telle manière à ce que le Tahoera Huiraatira sorte vainqueur de cette élection.

Mais, comme a pu le constater Madeleine Brémond à Tiarei, les militants et sympathisants sont animés par la certitude que le pouvoir en place est, sans doute, le plus néfaste que notre pays ait connu. Quotidiennement, les Polynésiens sont les témoins de la pauvreté qui ronge notre Polynésie et qui, au final risque de faire éclater notre communauté. Pour de plus en plus de monde, le Tahoeraa représente une alternative, sans aucun doute la seule crédible.

 Lorsque Gaston Flosse a pris la parole, il fut vivement applaudi. Pour beaucoup en Polynésie il représente l’espoir. Le dernier espoir avant le grand saut dans l’inconnu.

Le président du Tahoeraa Huiraatira a repris les grands thèmes de ses interventions dans les différentes communes de Tahiti et des îles qu’il a visitées , thèmes longuement développés dans son discours du Congrès et lors de ses voeux pour la population en 2012

« Ceux qui nous dirigent aujourd’hui vont-ils à la rencontre de ces populations ?Sont-ils conscients de cette situation dramatique ?Que font-ils concrètement  pour alléger leurs souffrances ? Assurément rien ».

Et d’ajouter « Ce gouvernement ne vit pas le quotidien des polynésiens. Il s’est enfermé dans son idéologie et son obsession de l’indépendance. Notre gouvernement ne cesse d’insulter la France et ses représentants. Ne nous étonnons pas qu’elle n’ait plus le regard bienveillant qu’elle avait jadis à notre égard. Cette situation lamentable de notre Pays n’est que le triste constat que nous faisons tous. Qui peut nous dire le contraire ? »

Le gouvernement Temaru, face à l’échec de sa politique, cherche un bouc émissaire. Il en a trouvé un : la France  « ce gouvernement doit assumer  ses actes et  de ne pas rejeter systématiquement ses erreurs et son incompétence sur l’Etat ou sur les gouvernements passés.

D’une voix forte, et avec la conviction qu’on lui connait, Gaston Flosse a insisté sur la proximité des élections législatives qui auront lieu prochainement et pour lesquelles des primaires seront organisées par le Tahoeraa afin de désigner démocratiquement les 3 candidats qui se présenteront au suffrage des Polynésiens .

Ces élections sont le moyen d’envoyer un message fort à Oscar Temaru et à la Polynésie.

 Non, cette situation ne peut pas durer.  Mois après mois, pas un  chiffre de notre économie qui ne soit à la baisse. Que peut encore attendre notre jeunesse face à un tel  mépris de la part de ceux qui sont en principe en charge de  préparer leur avenir ?

Il est vrai qu’Oscar Temaru ne peut pas être à la fois à la poursuite de ses chimères à New-York, sur le green des golfs et près de sa population qui souffre. Il a choisi. Hélas !

Gaston Flosse a appelé avec ferveur à voter pour les couleurs du Tahoeraa, le seul parti capable de relever le pays après des années de descentes aux enfers.

Non, la Polynésie ne mérite pas ce destin là. Il faut que le cycle infernal s’arrête.

 C’est dans une ambiance chaleureuse que de nombreuses questions ont été posées aux membres de la délégation et que des applaudissements nourris ont clos cette réunion particulièrement constructive.

  • Twitter
  • Facebook

Facebook

Restons connectés sur notre page officielle !

Tahoeraa Huiraatira