Logo du Tahoeraa Huiraatira
Contactez nous Rejoignez nous Soutenez nous Votre Newsletter
  • Inscrivez vous à notre Newsletter pour la recevoir par email.

La vie du mouvement

Le Mardi 11 Avril 2017
  • Twitter
  • Facebook
Veve roa
La fédération de Punaauia Est, a organisé une réunion d'information pour les élections législatives, ce mardi 11 avril 2017, dans le quartier de Tapuna. Gilda VAIHO, présidente de la fédération et élue à l'Assemblée de Polynésie française a accueilli la population et les membres de la délégation du " Tahoeraa Huiraatira " au nombre duquel figurait le candidat Vincent DUBOIS, Jean TEMAURI, président de la fédération de Faa'a Est, Élise Vanaa, présidente de la fédération de Faa'a Est et élue de l'APF, Bruno FAATOA, maire de TAKUME, [...]

[...] Manolita LY, secrétaire générale du parti, Charles ATGER, secrétaire général adjoint et Didier VANAA, président du comité " Maïne ".

Vincent DUBOIS, candidat aux élections législatives dans la troisième circonscription (communes de Bora-Bora, Faa'a, Huahine, Maupiti, Punaauia, Tahaa, Taputapuatea, Tumaraa et Uturoa), de façon percutante, a présenté le programme du " Tahoeraa Huiraatira " pour les législatives. Après avoir rappelé toutes les réalisations faites par le parti orange au cours des décennies écoulées, il a mis en avant la vision ambitieuse et adaptée aux défis gigantesques du fenua. Effectivement avec près de 60 000 personnes sans emploi et 75 000 personnes vivant en dessous du seuil de pauvreté, la Polynésie française ne peut s'en sortir que par la mise en œuvre de grands projets productifs. La création de 300 à 4 000 emplois par an est le seuil minimum pour résorber le chômage et absorber les 2 000 nouveaux entrants annuels. La situation sociale est au bord de l'explosion et si la gestion actuelle, à la petite semaine, perdure notre pays pourrait devenir un pays sous-développé aspiré dans une spirale infernale de misère et de chaos. La priorité des priorités a toujours été, pour le " Tahoeraa Huiraatira ", de venir au secours des plus fragiles et des plus démunis. L'emploi, le logement, la solidarité et les problèmes fonciers sont les préoccupations prioritaires des Polynésiens et celles du parti orange.

Vincent DUBOIS connaît la loi et le Code civil de par sa profession d'avocat. Le domaine du foncier est un sujet qu'il connaît bien et il est déterminé à se consacrer corps et âme aux combats des Polynésiens pour la justice, la reconnaissance de leur dignité et de leurs droits en tant que citoyens français. À l'heure actuelle, la discrimination dont souffrent les Polynésiens est aberrante. Nos ancêtres se sont portés volontaires au cours des deux Grandes guerres mondiales pour défendre la France. Nos anciens ont accepté que la métropole développe dans nos îles paisibles et saines, la technologie nucléaire qui permet à la France d'être assise à la table des grandes puissances diplomatiques, mais aussi qui permet aux Français du continent et de Français d'outre mer de bénéficier de l'électricité bon marché nucléaire, soit directement, soit par le biais du procédé de régulation des prix de l'électricité CSPE.

Alors que plus de 5 000 Polynésiens souffrent dans leur chair des conséquences des essais nucléaires, l'État traîne des pieds pour rembourser les dizaines de milliards dépensés par la CPS pour soigner les victimes de  … l'État. Situation absurde et scandaleuse, d'un état qui dépense des centaines de milliards pour accueillir des étrangers, qui a situation familiale équivalente, touchent dix fois plus d'aides que les Polynésiens. Quel paradoxe fait qu'il vaut mieux être un étranger qu'un Polynésien français pour être digne de compassion de la part d'un État devenu totalement autiste aux besoins vitaux de ses concitoyens. Les Guyanais se soulèvent contre l'État démissionnaire et injuste. Faudrait-il que les Polynésiens se soulèvent aussi, abandonnent leur bonhommie légendaire pour que l'État daigne, enfin, assumer ses devoirs et prendre ses responsabilités ? La lettre d'intention des accords de Papeete et la lettre aux Polynésiens du candidat François FILLON sont une couche supplémentaire d'inconséquence. Les politiciens Polynésiens qui s'en font les chantres ont-ils réalisé qu'il s'agit d'un piège qui propose d'inscrire la discrimination des Polynésiens dans le marbre de la constitution ? Seul un parti se bat pour que les engagements de la France, tenus par le Président Jacques Chirac soient respectés.  Le Metua Gaston FLOSSE, qui avait su négocier ces engagements, s'est lancé dans la bataille pour rétablir les transferts financiers de l'État à leur niveau initialement prévu. Le candidat Vincent DUBOIS dans la première circonscription, tout comme Moana GREIG dans la première circonscription et Teura IRITI dans la seconde circonscription sont du bois dont on fait les meilleurs représentants élus du peuple. Leur sacerdoce est de défendre coûte que coûte le peuple et le pays contre les situations ubuesques et inacceptables.

Le Président Gaston FLOSSE, a présenté le statut de pays associé à la République. La Polynésie française peut-être associée à l'exercice des compétences de l'État : nationalité, droits civiques et libertés individuelles, défense, justice, police, sécurité, monnaie, trésor, lutte contre le blanchiment de capitaux, la politique étrangère, la sécurité maritime et aérienne, la fonction publique de l'État, le contrôle des élections et des référendums. La priorité de l'emploi local sera réaffirmée et concrétisée, tout comme la protection du patrimoine foncier et le règlement des litiges en matière foncière. Le statut de pays associé à la République permettra un renforcement de l'autonomie dans la République pour davantage d'efficacité, tout en réaffirmant notre appartenance à la République. Nous sommes Polynésiens, nous sommes Français et nous sommes citoyens de l'Union européenne.

Le public a, au cours de ses nombreuses interventions, souligné sa reconnaissance pour l'œuvre accomplie, tout en insistant sur son attachement à l'autonomie. C'est avec un bel enthousiasme, que les auditeurs ont confirmé leur intérêt pour ce meilleur statut d'autonomie. Certains ont exprimé leurs incompréhensions du comportement séditieux et déloyal des anciens élus Tahoeraa passés à l'adversité.

La délégation a pu au cours de ses échanges, lancer maintes fois son appel à la mobilisation pour les élections présidentielles des 22 avril et 06 mai 2017 et des législatives des 3 et 17 juin 2017. C'est par votre bulletin de vote que vous, électeurs, porterez le meilleur combat contre la misère et la souffrance. A l'élection présidentielle, le parti orange soutient la candidate Marine LE PEN pour son programme pour la Polynésie française et les Polynésiens. Aux élections législatives, votez pour nos candidats " Tahoeraa Huiraatira " : Vincent DUBOIS, Moana GREIG et Teura IRITI.

  • Twitter
  • Facebook