Logo du Tahoeraa Huiraatira
Contactez nous Rejoignez nous Soutenez nous Votre Newsletter
  • Inscrivez vous à notre Newsletter pour la recevoir par email.

La vie du mouvement

Le Mardi 30 Mai 2017
  • Twitter
  • Facebook
A Vaiaha, Faa´a se met en ordre de bataille
Le premier tour des législatives 2017, se tiendra ce samedi 03 juin 2017. Les fédérations de Faa'a ont, en synergie, organisé un ultime rassemblement de mardi 30 mai 2017, dans le quartier de Vaiaha. Près de 200 personnes, ont puisé une ferveur renforcée dans les interventions de Jean TEMAURI, élu de l'Assemblée de Polynésie française, de Vincent DUBOIS, candidat dans la troisième circonscription et du président Gaston FLOSSE.

Vincent DUBOIS a présenté le programme du Tahoeraa Huiraatira pour les législatives. Le parti orange est le seul parti en lice qui a développé, plus qu'un programme, un véritable projet de société allant de 2017 à 2030. La ténacité, la maîtrise des dossiers et la fidélité aux engagements pris devant les électeurs sont les qualités revendiquées par Vincent DUBOIS. Le candidat s'est engagé sur la périodicité à laquelle il reviendrait sur le terrain rencontrer les électeurs et leur présenter son bilan d'étape. Parmi les combats qu'entend mener M. DUBOIS, il en est un pour lequel il est prédestiné, c'est le combat contre les injustices et la misère. À ce titre, il est urgent que la solidarité, dont la République doit témoigner envers les Polynésiens les plus nécessiteux, soit inscrite dans la loi constitutionnelle.

Vincent DUBOIS a dressé l'état des lieux sous la gouvernance du président FRITCH. La Polynésie française, livrée à elle-même, s'enfonce dans les sables mouvants de l'immobilisme mortifère. Rappelant les mesures issues du programme visionnaire du Tahoeraa Huiraatira, Vincent DUBOIS a martelé que le défi de la création d'emplois pour les 60 000 chômeurs actuels et les 2 000 nouveaux chercheurs d'emplois annuels, ne sera relevé que par une puissante relance économique par les grands travaux productifs. Vincent DUBOIS a pointé la relation entre le chômage de masse et l'effondrement des structures familiales et l'explosion de la délinquance. La priorité des priorités a toujours été, pour le Tahoeraa Huiraatira, de venir au secours des plus fragiles et des plus démunis. L'emploi, le logement, la solidarité et les problèmes fonciers sont les préoccupations prioritaires des Polynésiens et celles du parti orange.

Vincent DUBOIS est avocat de formation. Le domaine du foncier est un sujet qu'il connaît bien et il est déterminé à se consacrer corps et âme aux combats des Polynésiens pour la justice, la reconnaissance de leur dignité et de leurs droits en tant que citoyens français. À l'heure actuelle, la discrimination dont souffrent les Polynésiens est aberrante. Nos ancêtres se sont portés volontaires au cours des deux Grandes guerres mondiales pour défendre la France. Nos anciens ont accepté que la métropole développe dans nos îles paisibles et saines, la technologie nucléaire qui permet à la France d'être assise à la table des grandes puissances diplomatiques, mais aussi qui permet aux Français du continent et de Français d'outre-mer de bénéficier de l'électricité bon marché nucléaire, soit directement, soit par le biais du procédé de régulation des prix de l'électricité CSPE. Alors que plus de 5 000 Polynésiens souffrent dans leur chair des conséquences des essais nucléaires, l'État traîne des pieds pour indemniser les victimes et rembourser les dizaines de milliards avancés par la CPS pour soigner les victimes des essais menés par l'État. Cette situation indigne de la France, est d'autant plus scandaleuse de la d'un état qui dépense des centaines de milliards pour accueillir des étrangers, qui, a situation familiale équivalente, touchent dix fois plus d'aides que les Polynésiens. Seul un parti se bat pour que les engagements de la France envers la Polynésie et les Polynésiens, tenus par le Président Jacques Chirac, soient respectés. Les transferts financiers de l'État doivent être rétablis à leur niveau, initialement, prévu.

Le Président Gaston FLOSSE, a présenté le programme visionnaire du " Tahoeraa Huiraatira ", qui de 2018 à 2030, vise à refonder les moteurs de notre développement économique et de mieux être social et environnemental. L'un des outils est le statut de Pays associé à la République. La Polynésie française peut-être associée à l'exercice des compétences de l'État : nationalité, droits civiques et libertés individuelles, défense, justice, police, sécurité, monnaie, trésor, lutte contre le blanchiment de capitaux, la politique étrangère, la sécurité maritime et aérienne, la fonction publique de l'État, le contrôle des élections et des référendums. La priorité de l'emploi local sera réaffirmée et concrétisée, tout comme la protection du patrimoine foncier et le règlement des litiges en matière foncière. Le statut de Pays associé à la République permettra un renforcement de l'autonomie dans la République pour davantage d'efficacité, tout en réaffirmant notre appartenance à la République. Nous sommes Polynésiens, nous sommes Français et nous sommes citoyens de l'Union européenne.

Plus que jamais, la réunion s'est clôturée par un appel à la mobilisation générale en cette veille de premier tour, le samedi 3 juin 2017.

  • Twitter
  • Facebook