Logo du Tahoeraa Huiraatira
Contactez nous Rejoignez nous Soutenez nous Votre Newsletter
  • Inscrivez vous à notre Newsletter pour la recevoir par email.

Les interventions

Le Jeudi 19 Juillet 2018
  • Twitter
  • Facebook
Intervention de M.Geffry SALMON à l´Assemblée de la Polynésie française
Rapport d'observations définitives de la CTC relatif au contrôle des comptes et de la gestion de la Polynésie française -transports terrestres- pour les exercices 2009 à 2017
Ia ora na, la problématique des transports terrestres, plus particulièrement celle des encombrements urbains et des transports scolaires, pose aujourd'hui de vraies inquiétudes, principalement du fait de la sécurité des personnes transportées qui n'est plus assurée dans certaines situations, extrêmes je vous l'accorde mais qui n'est véritablement plus assurée.

Extrait de son intervention :

Je ne vais pas tourner autour du pot, ce rapport d'observations de la CTC, comme le précédent contrôle de la chambre rendu en 2008, est extrêmement critique. En effet, aucune des recommandations faites en 2008 n'ont été suivies, aggravant par la même les enjeux liés à la politique des transports de manière générale.

Le contexte particulier dans lequel nous sommes est marqué par des mobilités intérieures sujettes à une saturation liée notamment à la croissance et à la concentration urbaine, ainsi qu'à la configuration géographique de nos territoires, rendant souvent les espaces aménageables exigus, empêchant par la même le développement de notre réseau routier, devenu sous-dimensionné par rapport au parc automobile.

En effet, force est de constater que l'on assiste depuis plusieurs années à des modes d'usage du véhicule individuel de façon systématique et cela est principalement dû aux carences dans l'offre de transport.

En dépit des nombreuses tentatives d'organisation du secteur, ces tentatives remontent à 1987 lorsque j'exerçais les fonctions que vous occupez aujourd'hui, et cette question demeure encore une fois non résolue alors qu'elle est cruciale et déterminante pour nos populations. Cette précision pour tenir compte du fait que ce n'est pas un problème qui est attaché à un gouvernement en particulier mais qui est en cours, en gestation depuis de nombreuses années maintenant.

Embouteillage, éclairage des voies défaillant, transport en commun saturé, organisation chaotique des dessertes, parc autobus vieillissant et polluant, sans oublier le transport scolaire qui aujourd'hui est catastrophique, mettant en péril la sécurité de nos enfants !

Pourtant, le schéma directeur des transports collectifs et déplacements durables de l'île de Tahiti a été adopté en août dernier. Il présentait, pour pallier aux carences recensées, des solutions que nous avions alors validées.

Parmi ces mesures, il était notamment proposé :
- de mieux organiser et encadrer les horaires de passage des bus, en fonction des besoins existants de la population ;

- de mettre en circulation différent types de bus, adaptés en fonction des conditions d'accès, des catégories de voyageurs ;

- d'encourager les polynésiens à changer de comportement et à utiliser davantage les transports publics et les transports collectifs scolaires ;

- d'opter pour des aménagements plus adaptés, des arrêts de bus clairement identifiés, protégés, confortables…

J'ai bien noté les propositions formulées ce jour par votre représentants Mr Faatau et je vous ai également entendu. On peut raisonnablement penser que des choses sont en cours malheureusement encore une fois elles demeurent en gestation tant qu'elles ne sont pas montées à la surface et qu'elles soient visibles, effectives et réelles.

Je crains donc qu'une fois encore, l'autorité gouvernementale ne soit pas en mesure de proposer des choses effectives dans les mois voire dans les années qui viennent. Je le regrette parce que d'une certaine manière le discours prime sur l'action en le cas d'espèce. Gageons en le regrettant que les recommandations de la CTC connaitront le même sort que ces schémas et plans stratégiques et finiront, je ne l'espère pas en revanche, dans un placard pour y prendre la poussière.

Un tramway nommé " désir ", si vous me permettez le jeu de mots…

Je vous remercie de votre attention.

  • Twitter
  • Facebook

Facebook

Restons connectés sur notre page officielle !

Tahoeraa Huiraatira

Actualités

Restez informés : Newsletter / RSS