Logo du Tahoeraa Huiraatira
Contactez nous Rejoignez nous Soutenez nous Votre Newsletter
  • Inscrivez vous à notre Newsletter pour la recevoir par email.

Les éditoriaux

Le Lundi 16 Juillet 2012
  • Twitter
  • Facebook
Pauvre François Hollande, Oscar Temaru ne changera jamais
Maintenant que le dialogue est renoué avec l'Etat et alors que son ami François Hollande célébrait le premier 14-juillet de son quinquennat, on aurait pu penser que le président de la Polynésie – toujours – française, Oscar Temaru, allait honorer de sa présence, l'avenue Pouvanaa a Oopa, pour les célébrations locales de la Fête nationale. Loupé ! Ca ne sera pas pour cette fois-ci, il faudra réessayer l'année prochaine. Du signe chinois du Singe, Oscar Temaru ne fait pas défaut aux astres. Ce n'est pas à lui qu'il faut apprendre à faire la grimace. Quitte à faire manger des bananes, qu'elles soient vertes et pas mûres, cela n'a pas beaucoup d'importance.

A peine le voilà revenu de sa tournée des grands ducs à Paris, où il a remporté le prix du " Pire plombier de la décennie ", en parvenant à ouvrir les robinets de l'Etat pour la première fois en huit ans, Oscar Temaru a réenfilé sa casquette de leader du Tavini, utilisant tous les prophètes à sa disposition dans le monde, les invitant aux frais du contribuable polynésien, pour se faire sanctifier du " Prix Nobel de la Paix ", débattre des enjeux de la décolonisation afin de " décomplexer " la jeunesse du Fenua avec l'inscription de notre pays sur la liste des territoires non-autonomes de l'ONU et parler d'indépendance, comme si la signature de la " déclaration collective " du forum " Build me a Nation " allait donner à manger à nos familles et un emploi à nos jeunes.

Organisé la veille du 14-juillet, ce rassemblement aurait pu être le chaînon manquant dans la logique Tavini, expliquant enfin le " comment " d'une utopie où les plus naïfs se sont, depuis bien longtemps, enfermés. L'éléphant a accouché d'une souris. Comme s'il suffisait d'attendre – c'est bien le sens de " construis-moi ", traduction littérale de " build me ", où le jeune est passif, attendant qu'on ne lui construise une nation, où à aucun moment il est acteur de son rêve, où on voudrait lui faire croire que les Aborigènes, les Maoris ou les Indiens d'Amérique sont mieux lotis que lui. Personne n'est dupe.

Peu importe finalement si ça plaît ou pas à Paris. Et pourtant, le ministre des Outre-mer, lors de son entretien avec les parlementaires, a été clair sur la question : " J'ai eu à dire à Oscar Temaru que le Président de la République, et Laurent Fabius lui a confirmé, que nous n'étions pas d'accord sur sa démarche d'inscription à l'ONU. Cela ne servait qu'à stigmatiser la France ".

" Stigmatiser la France ", ça il sait faire. Comme à chaque fois pour le 14-juillet, lorsqu'il est au pouvoir, il charge son fidèle poulain, Tauhiti Nena, qui a troqué son costard contre un jean's, pour représenter la première, la seconde et… tant qu'à faire, la troisième institution du Pays, qui ont certainement mieux à faire un samedi après-midi.

Certainement comme l'ex-député, toujours maire de Papara, Bruno Sandras, qui pointait également aux abonnés absents. Maintenant qu'il ne siège plus au Palais Bourbon, à quoi bon assister au sempiternel défilé militaire, d'autant qu'il doit réviser son droit pour son nouveau job de juriste au contrôle des dépenses engagées. Merci Oscar !

Pauvre François Hollande, Oscar Temaru ne changera jamais. Il aura beau mettre de la peinture souverainiste, sur une toile indépendantiste, préférer Shakespeare à Molière, aux transferts de l'Etat, les milliards de Palmer, cela donnera toujours le même discours démagogique, coincé dans le passé et sans aucune projection dans l'avenir, si ce n'est de proposer un grand rien dont le modèle hésiterait entre le bonheur royal bhoutanais et la dictature militaire fidjienne. 

Pauvre François Hollande, c'est vrai qu'il est à plaindre, mais bien plus que lui, ce sont les Polynésiens qui subissent de plein fouet l'attitude et l'incompétence d'Oscar Temaru qui continue d'emporter notre pays dans un puits sans fond. Saura t-il un jour, comme il le dit lui-même, renouer réellement les liens de confiance avec l'Etat pour le bien des Polynésiens, sans pour autant saisir n'importe quelle occasion pour stigmatiser la France ?

  • Twitter
  • Facebook

Facebook

Restons connectés sur notre page officielle !

Tahoeraa Huiraatira

Actualités

Restez informés : Newsletter / RSS