Logo du Tahoeraa Huiraatira
Contactez nous Rejoignez nous Soutenez nous Votre Newsletter
  • Inscrivez vous à notre Newsletter pour la recevoir par email.

Les éditoriaux

Le Jeudi 24 Mars 2011
  • Twitter
  • Facebook
Tong Sang vise-t-il la Départementale…isations  et l´Europe ?
Il y a un an, jour pour jour, Gaston Tong Sang après avoir participé à l’ouverture du forum des Pays et Territoire d’Outre Mer à Bruxelles déclarait au sujet de l’Euro qu’il devait être un « stimulant économique » qui permettrait à la Polynésie de « devenir une plate-forme financière en rassurant les investisseurs et en faisant des banques locales de développement, des banques de portée régionale et internationale ». Il rajoutait en substance que nos îles devaient être un "carrefour stratégique ....

du marché mondial de demain". Cependant, après le soufflet  des analyses de Standard & Poor’s et de l’IEOM pour l’exercice 2010,il faudra bien que Tong Sang accepte de reporter ses ambitions européennes à plus tard !

Ce qui n’est pas dit, puisque par voie de communiqué, il invitait hier l’agence internationale d’analyses financières S&P à revoir sa copie. Oups, encore un excès de pouvoir monsieur Tong Sang…

Bref, pour rappel, dans la perspective de l’échéance en décembre 2013 de la décision d’association relative aux relations PTOM/UE, Tong Sang invoquait donc il y a un an, l’idée d’un « rapprochement » avec les RUP, les régions ultrapériphériques que sont la Guyane, la Réunion, la Guadeloupe, la Martinique, les Açores et Madères et les îles Canaries, à l’égard de l’Europe.

Qu’entendait-il par là ? S’il est vrai qu’à l’époque Tong Sang déclarait ne pas vouloir intégrer les RUP, on commence à se poser des questions. D’autant qu’hier le président répondait à un journaliste "L'Etat est derrière tous les départements d'Outre-mer. »  alors qu’il était question de la situation économique du Fenua… Re-Oups, lapsus  révélateurs ?

On a vu que Tong Sang était capable de faire des propositions et de s’en dégager aussi aisément par une simple pirouette arrière, comme ce fut le cas pour sa prétendue démission d’abord en octobre dernier, puis plus récemment… Aussi, serait-il abusif d’imaginer que, menant nos îles vers une situation de crise économique et sociale grave, Tong Sang saisirait cette malheureuse opportunité pour prôner la départementalisation de la Polynésie française comme solution ultime à notre rédemption ?

Rappelons-nous : Tong Sang avait déposé tardivement son projet de budget entraînant d’emblée le risque d’une reprise en main par l’Etat. Manque de bol pour lui, les élus place Tarahoi s'étaient activés pour compenser ses lacunes et avaient travaillé avec acharnement pour faire des propositions d’amendements dans le temps imparti. Pourtant, malgré un avis défavorable en commission des finances, Tong Sang avait maintenu la présentation d’un premier projet de budget à 7 milliards d’impôts et taxes nouveaux sur le dos de la population, de quoi aggraver la situation déjà très difficile mais aussi de quoi retarder un vote menant à la date fatidique. Peut-être espérait-il un rejet mais voyant ce scénario lui échapper, il a préféré engager prématurément sa responsabilité.

La suite, on la connaît : publication d’un budget illégal, dénis successifs de la compétence législative de l’Assemblée, saisine qui du Tribunal administratif, qui du Conseil d’Etat… Le flou juridico-politique était sciemment jeté sur la politique et le fonctionnement des institutions locales, participant à aggraver le sort d’une Polynésie paralysée par le pilotage d’un seul homme déterminé à faire cavalier seul. La situation dégradée, le président entamerait des discussions autour d’une départementalisation, implicant de fait un pilotage direct par l’Etat. La situation, institutionnelle, politique, économique sociale serait telle que tout portera alors à croire que ce sera la seule solution. Balivernes !

Pour la France, les régions ultrapériphériques sont en effet les 4 départements géographiquement détachées du territoire hexagonal. Dans le cadre de l’Europe, ces régions bénéficient des aides communautaires de la politique régionale s’élevant à plus de 7milliards d’euros pour 7 RUP, tandis que les PTOM disposent de seulement 1,2% du FED, le Fond Européen de Développement, à hauteur de 286 millions d’euros pour 21 pays bénéficiant du régime d’association à l’égard de l’Europe.

Le calcul est vite fait en effet, les RUP bénéficient de fonds structurels proportionnellement plus élevés que les PTOM et l’enveloppe est d’autant plus alléchante  que l’article 299 du traité instituant la Communauté européenne tient compte « des caractéristiques et contraintes particulières des régions ultrapériphériques (RUP) sans nuire à l'intégrité et à la cohérence de l'ordre juridique communautaire ». Il est fait mention des caractéristiques d'éloignement, d'insularité, de faible superficie, de relief et de climat difficiles… Des particularités qu’en effet, la Polynésie française pourrait alléguer pour revoir ses prétentions de financement de développement à la hausse. Surtout, le Fond Européen de Développement est manifestement voué à disparaître. Quand? Nul ne le sait vraiment sinon la Direction générale du Développement peut-être.

Ainsi, devenu département, la Polynésie pourrait alors prétendre de passer du statut de PTOM vis-à-vis de l’Union européenne à celui de Région Ultra périphérique, puisque c’est désormais possible – et inversement – depuis l’application en 2010 du Traité modificatif de Lisbonne.  Bingo ! De quoi bénéficier des fonds structurels évoqués plus tôt...  

D’ailleurs, on le voit bien, Tong Sang fait allusion à une atteinte à l’Autonomie quant au projet de réforme Penchard tandis qu’il se déclare favorable au projet. Est-ce là toute l’importance accordée à notre statut de la part de celui qui se déclare  en toute modestie « pilier de l’Autonomie ». Notre Pays ne mériterait-il pas plutôt un traitement spécifique, une « analyse au cas par cas » selon les préconisations de parlementaires européens au sujet des RUP et des PTOM ?

Alors, à la question « Pourquoi GTS s’accroche-t-il tant à son fauteuil ? »

  • Twitter
  • Facebook

Facebook

Restons connectés sur notre page officielle !

Tahoeraa Huiraatira

Actualités

Restez informés : Newsletter / RSS