Logo du Tahoeraa Huiraatira
Contactez nous Rejoignez nous Soutenez nous Votre Newsletter
  • Inscrivez vous à notre Newsletter pour la recevoir par email.

Les éditoriaux

Le Mardi 29 Mars 2011
  • Twitter
  • Facebook
Maraeura, le pion de Tong sang ?
Y a un truc qui tourne pas rond !
Et depuis longtemps c’est certain. Mais là, on atteint des sommets ahurissants ! Rendez-vous compte que, l’air béat, fier de lui, le valeureux Tong Sang annonce crânement qu’il attendait cette motion depuis un an et demi… autrement dit depuis que lui-même a déposé sa motion pour être élu à la tête du pays en novembre 2009 ! Totalement irresponsable ! Tong Sang a-t-il si peu de considération pour les siens ? Pour ses pairs ? Pour la vie des polynésiens ? Pour oser s’amuser à qui perd gagne dès qu’il a  ....

eu les cartes en mains ? (Entre vous et nous, on vous proposait dans un édito précédent d’aller sur Google pour avoir une réponse au « Jeu du président »… et aujourd’hui, ça parait cohérent...) Enfin bref…
Ya un truc qui tourne pas rond !

Au Tahoeraa, on avait beau répéter que son siège présidentiel, c’est Tong Sang lui-même qui l’avait proposé sur un plateau en octobre 2010, comme si d’avance le monsieur avait craint d’avoir à gérer la patate chaude du budget ! Comme on sait désormais, il y est donc allé à reculons, en remettant au compte goutte le projet budgétaire 2011 et en faisant prendre le risque au Fenua de n’avoir plus la maîtrise de ce formidable pan essentiel à notre Autonomie ! Heureusement, à sa place, la majorité des élus de l’Assemblée avait compensé ses lacunes et empêché que le pire ne se réalise… Puis il était revenu sur son offre de démission, en se faisant passer pour le martyr dont on aurait voulu couper la tête.

Non content que la Polynésie française ait malgré tout été dotée de son budget ce fameux 19 février 2011, Tong Sang, tel un chenapan, a préféré faire un croche-pied à ses compères de l’Assemblée, pour continuer de rire à leurs dépends. En réalité, une nouvelle manœuvre pour mettre un bâton dans les roues à une Polynésie au ralenti qui n’avait donc pas besoin de cela.

Y a donc un truc qui tourne pas rond !

Ce n’est un secret pour personne, la majorité UPLD/îliens est fragile, il n’est pas sûr qu’elle se confirme à la fin de la semaine et c’est ce qui l’amuse le ouistiti ! C’est ce qui l’amuse pour la bien simple raison que chacun sait, et lui en premier, que le président de groupe Te Mana O Te Mau Motu, Teina Maraeura, se fait manipuler comme un pion. Il suffit de lui servir une assiette plus copieuse à dîner pour qu’il crache dans la gamelle frugale qu’on lui aurait donnée juste avant…

Et quel rapport avec la motion me diriez-vous ?

Il y a un mois tout rond, Tong Sang mettait un coup de pied aux fesses de nos ministres et vice-président orange, alléguant la question de confiance alors même que ceux-ci, continuaient, loyaux, à remplir leurs missions ministériels. Pensez-vous, ils lui faisaient de l’ombre ! Tong Song est donc un joueur mais s’est révélé être un mauvais joueur ; il a préféré sortir les meilleurs. Mais la question n’est pas là…

Comment se fait-il en effet, qu’aujourd’hui, alors que deux de ses ministres, en l’occurrence Temauri Foster et Louis Frébault, appartenant à Te Mana O Te Mau motu qui doit le renverser vendredi, restent au gouvernement ? Il aurait été logique en effet que Tong Sang, sur la question de confiance alléguée à l’encontre des ministres orange, démissionne Foster et Frébault? Les ministres Tahoeraa ont en pris pour leur grade pour moins que cela tout de même ! Alors pourquoi les maintenir les Foster et compagnie ?

Un truc qui tourne pas rond vous croyez ? Non…

Peut-être bien qu’au fond, tout cela, c’est encore un coup monté de Tong Sang. Supposons : il aurait proposé à Maraeura – rappelons-le ex-To tatou Ai’a ouvert à toutes propositions – d’aller mener campagne pour faire voter cette motion qu’il attend depuis belle lurette… pourquoi tout ce cirque ? Tout simplement pour amuser Paris, jusqu’aux prochaines élections, avec la nouvelle loi électorale de Penchard…

En attendant, le seul intérêt que le petit Tong Sang aurait dans ce dépôt de motion, c’est tout simplement de démontrer qu’à défaut d’une majorité durable, c’est un « président par défaut », Tong Sang himself, qu’on doit se coltiner le temps de mourir à petit feu. Il voit bien le père Tong Sang que de plus en plus, à la place d’une ambitieuse autonomie, beaucoup pensent, à tort, que c’est la départementalisation qu’il nous faut. Mais la départementalisation justement, et nous prendrons un seul exemple, c’est de ne plus pouvoir disposer d’un budget adapté à nos îles. Alors c’est sûr, grâce à GTS, on a eu la démonstration qu’il suffisait d’un incapable à la tête du pays, pour tout flanquer à la poubelle.

 

En fait, et nous n’avons cessé de le démontrer au Tahoeraa, le petit Tong Sang semble être à la botte du petit Sarko, dans un seul but, du propre aveu de GTS dans une interview à la presse : celui de faire tenir le pays, même claudiquant, jusqu’aux prochaines élections, pourvues qu’elles se déroulent avec la nouvelle loi électorale taillée à la mesure de Tong sang… ce qui signifie donc sans grande ambition pour le pays, si elle devait être adoptée en l’état...

Ainsi, afin d’obéir tel un brave petit soldat, Tong Sang n’hésite pas à sacrifier la Polynésie sur l’autel de l’instabilité «  il y a encore un bout de chemin à faire… Un an et demi » avoue-t-il encore. Plutôt que de trouver des mesures même transitoires – ce qu’il nomme injustement instabilité – il préfère donc nous mettre tous à genou, asphyxier le pays pour que la Polynésie n’ait pas d’autres choix que de bouffer dans sa main de Juda ! Au bout de ses ficelles, un pantin : Teina Maraeura…

 

  • Twitter
  • Facebook