Logo du Tahoeraa Huiraatira
Contactez nous Rejoignez nous Soutenez nous Votre Newsletter
  • Inscrivez vous à notre Newsletter pour la recevoir par email.

Les éditoriaux

Le Vendredi 25 Février 2011
  • Twitter
  • Facebook
La population a faim et Tong Sang n´entend toujours rien…
" C'est fini;
Tong Sang ne peux plus jouer la comédie ;
Et faire croire que ce qui comptait ;
Pour lui, c'était le vote du budget ;
Ni dire que ce qui bloquait ;
C'était les représentants à l'Assemblée. "  Non, hélas il ne s'agit pas d'un refrain d'une banale chanson de rap, il s'agit de la triste réalité du pays aujourd'hui. Et ce qui est  …

dommageable, c'est qu'une bonne fraction de la population, légitimement agacée et fatiguée, met tous les élus dans le même sac. On la comprend Pourtant, aujourd'hui,aucune ambiguïté possible sur les intentions de Tong Sang, claires comme de l'eau de roche. Renvoyé dans ses filets par tous les partis  politiques, par l'avis du haut-commissaire, il n'a plus besoin de cacher son dessein : il persiste  à retarder la mise en œuvre du budget alors que désormais, la balle est dans son camp.
Du côté de l'Assemblée, les représentants n'avaient pas d'autre pouvoir que d'examiner les projets puis de les adopter en séance plénière. Alors c'est sûr, on pourra toujours alléguer que le premier projet a été rejeté, que les lois de pays afférentes du deuxième ont été amendées et que de fait, le retard s'accumulait. Mais lorsque l'on sait que c'était pour supprimer 7 milliards d'impôts nouveaux que Tong Sang voulait réclamer à la population et aux entreprises en difficulté, on ne peut que se féliciter d'avoir pris le temps de défendre ce choix équitable.
Mais enfin, on sait bien aujourd'hui que Tong Sang n'a jamais remis les documents dans des délais suffisants qui devaient permettre aux élus de les examiner sereinement; d'autre part, on sait qu'il a aussi fait perdre du temps avec ses fausses négociations autour d'une plateforme autonomiste alors que d'avance il en connaissait l'issue : il savait bien que ses revendications inéquitables n'allaient jamais être acceptées par les autres partis.
En outre, quand bien même la commission des finances s'était prononcée défavorablement sur son premier budget, il s'était entêté à vouloir le présenter au sein de l'hémicycle. Habilement, subtilement, il a mis en œuvre sa campagne du " c'est pas moi, c'est eux " au sujet des retards, et l'on pourrait même dire qu'elle a marché… un temps seulement. Engageant sa responsabilité trop tôt pour dénoncer le budget voté qu'il a lui-même ficelé, s'employant à semer encore le trouble dans l'esprit des observateurs de tous bords, il repousse encore les échéances faisant croire que son joujou… heu… pardon, son projet  budgétaire, a été défiguré. Le menteur. Aujourd'hui, il fait fi de la position du haut-commissaire, prend pour prétexte le délai de 5 jours suivant l'engagement de sa responsabilité pour nous emmener au moins jusqu'à lundi avant une éventuelle publication au JOPF. Cependant, on remarquera au passage qu'il ne manque pas d'évoquer les 15 jours dont il dispose selon l'article 167 du statut avant que le haut-commissaire ne puisse " actionner le tribunal administratif  pour qu'il tranche. ". Non content d'imposer encore un délai à la population qui n'en  finit pas d'attendre, il espère encore que les conclusions du Conseil d'État abondent dont son sens sur...   " Ce " budget : pas avant le 13 mars selon l'agenda de l'institution.  La situation de la Polynésie ne tient donc qu'à deux lettres?
Tong Sang s'érige en donneur de leçon pendant qu'il tente d'obtenir le contreseing  de ses ministres sur des lois fiscales qui n'ont même pas été adoptées par l'Assemblée... Sans foi ni loi, essaie-t-il de les embarquer dans ses dérives  en les rendant complices d'actes répréhensibles ?
Décidément, Tong Sang n'a pas fini de nous surprendre. Celui qui déclarait penser " aux petites gens ", ne pense plus qu'à sa " petite personne ". Démissionner, il n'en est pas question pour lui d'autant que cela permettrait le retour immédiat de nos ministres Tahoeraa, tous élus, au sein de l'hémicycle, leur donnant la possibilité de continuer à participer sans délai à la vie du pays. En outre, Tong Sang voit bien que, sorti du jardin de la Présidence, comme descendu de sa chaise haute, il ne pourra plus narguer ses frères et sœurs à l'Assemblée...
  • Twitter
  • Facebook