Logo du Tahoeraa Huiraatira
Contactez nous Rejoignez nous Soutenez nous Votre Newsletter
  • Inscrivez vous à notre Newsletter pour la recevoir par email.

Les éditoriaux

Le Jeudi 25 Avril 2013
  • Twitter
  • Facebook
Editorial du 25 avril 2013
Qui est notre véritable ennemi ?
Il était évident que sur le plateau du débat politique de Polynésie 1ère d'hier soir, c'était un camp contre un autre. Teva Rohfritsch et Moetai Brotherson, complices, d'un côté, contre Gaston Flosse, seul contre tous. Abattre Gaston Flosse coûte que coûte est devenu l'arme de nos deux adversaires pour le 2nd tour des élections territoriales. Sans véritable programme pour redresser notre pays, nos adversaires en reviennent au discours le plus facile qui soit : dénigrer tout en manipulant l'électorat. A ce jeu-là Teva Rohfritsch a démontré l'étendue de sa maitrise ! 

Comme nous l'écrivions hier, nos adversaires ont toujours le même et éternel argument en bouche : Gaston Flosse ne pourra pas diriger le Pays sans que Jacques Chirac soit président de la République. Avec arrogance et orgueil, Teva Rohfritsch, ministre de quasiment tous les gouvernements depuis 2004, s'est attaqué à Gaston Flosse, se moquant de lui, affirmant que sans Chirac, Flosse ne serait rien.

C'est vraiment mal connaître Gaston Flosse ! Ou du moins faire exprès de ne pas le connaître, pour tromper les électeurs polynésiens. Jouant ainsi le jeu de l'UPLD, Teva Rohfritsch n'a fait que diviser encore plus la famille autonomiste, cherchant à gratter des voix dans celles qui se sont portées sur le Tahoeraa Huiraatira, risquant par la même occasion de favoriser Oscar Temaru. Quel comble !

Dénigrer Gaston Flosse reste donc la seule attaque possible. Mais la bave du crapaud n'atteint pas la blanche colombe. Teva Rohfritsch s'attaque à Gaston Flosse, alors même qu'il rêve de lui ressembler, d'avoir le même charisme, le même pouvoir de séduction populaire, la même carrière politique. Il n'en n'est rien, à la copie, l'original est souvent meilleur ! Depuis des mois Teva Rohfritsch scande " il faut faire attention à Gaston Flosse " comme si finalement son retour marquerait celui de la dictature. Cela s'appelle de la manipulation !

Au jeu de la manipulation, il faut reconnaître que Teva Rohfritsch est fort. Alors même que Gaston Flosse a toujours été prêt à l'accueillir à nouveau au sein du Tahoeraa Huiraatira, avant les législatives, et avant les territoriales, par deux fois, Teva Rohfritsch, tel un loup revêtant son habit de brebis, a tenté de se jouer du Vieux lion pour peser ce qu'il avait à lui proposer. La députation puis un grand ministère, ce n'était visiblement pas assez ! 

N'ayant  pas eu gain de cause, c'est-à-dire obtenir la présidence du pays, rêvant que Gaston Flosse lui passe le flambeau, à lui et pas à un autre, Teva Rohfritsch a ruminé et cherché des alliés qui pourraient le propulser, lui, à la tête du pays. C'est ainsi qu'il réussit l'exploit de fédérer tous les " Anti-Flosse ", quasiment tous nourris au fei à leurs plus jeunes heures, pour les retourner contre le Vieux maître.  

Parce qu'à y regarder de plus près les résultats de A Tia Porinetia au 1er tour des élections territoriales, c'est Gaston Tong Sang et son leadership sur les Iles Sous-le-Vent, qui s'en sort gagnant. D'ailleurs, l'ancien président sauve ainsi sa peau. Qui a manipulé qui ? La réponse sera connue au soir du 05 mai prochain, lorsque les 57 élus seront dévoilés.

En attendant, une chose est certaine. Plus que jamais, Gaston Flosse reste un chef qui a réaffirmé son leadership, au sein même du Tahoeraa Huiraatira, en reconstruisant, pièce après pièce notre mouvement après la défaite de 2008. Les 51 319 voix qui se sont portées sur notre liste dès le 1er tour sont le résultat évident du travail acharné de notre président Gaston Flosse et de l'ensemble du Tahoeraa Huiraatira. Personne, ni même Teva Rohfritsch, ne pourra nous enlever ce mérite, malgré toutes les tentatives de déstabilisation possibles.
 

  • Twitter
  • Facebook