Logo du Tahoeraa Huiraatira
Contactez nous Rejoignez nous Soutenez nous Votre Newsletter
  • Inscrivez vous à notre Newsletter pour la recevoir par email.

Les articles

Le Vendredi 24 Juillet 2015
  • Twitter
  • Facebook
Vous avez dit instabilité ?
Pour le Haut Commissaire, l'instabilité n'existe pas !
Edouard FRITCH, comme l'a rappelé Gaston FLOSSE lors du grand conseil du Tahoera'a Huiraatira, manipule beaucoup l'opinion publique. Il accuse Gaston FLOSSE de créer l'instabilité. Cette accusation est fausse et ne repose sur rien, c'est en réalité tout l'inverse car c'est plutôt Edouard FRITCH qui créé un climat incertain et fragile en raison de ses offensives répétées contre le Tahoera'a Huiraatira pour l'affaiblir. Ce faisant, en favorisant la fragilité, il joue contre lui-même en sapant les bases d'un retour à la confiance qui empêche le retour de la croissance.

Gaston FLOSSE l'a clairement expliqué récemment dans un communiqué de presse : " Edouard FRITCH et ses amis du Tapura font courir de fausses rumeurs pour mieux stigmatiser le président du Tahoera'a Huiraatira, et le rendre responsable d'une instabilité politique qui n'existe pas, mais qu'ils essayent d'accréditer parce qu'elle devient l'excuse idéale à leur inaction. Car la réalité est là : il ne se passe rien, la relance attendue ne vient pas ".

Interrogé à ce sujet, le Haut Commissaire de la République a été clair. Lionel BEFFRE démonte cet argument de l'instabilité que véhicule le gouvernement, venant indirectement conforter la réflexion de Gaston FLOSSE à ce sujet. Lionel BEFFRE que l'on ne peut soupçonner d'être un militant du Tahoera'a Huiraatira a été très  clair en répondant le vendredi 19 juin 2015 aux questions de Marie Christine DEPAEPE sur Polynésie Première radio. Une interview passionnante, dont voici deux morceaux choisis récemment publié par le site Tahiti Today.

Marie Christine DEPAEPE :
Votre regard M. le Haut-commissaire sur cette situation politique inédite que nous vivons en Polynésie. Un système de cohabitation à la tête du Pays, un Gouvernement qui gouverne pour l'heure sans majorité absolue à l'Assemblée. A vos yeux, sommes nous encore dans l'instabilité ? On pense à celle que nous avons connue et que nous avons subie entre 2004 et 2011.
Lionel BEFFRE, Haut-commissaire de la République en PF :
"Oui alors je dirai qu'au fond de mon point de vue, l'instabilité elle est plus dans les têtes ou dans les souvenirs qu'elle n'est dans la réalité. Parce qu'il est vrai que je rencontre beaucoup de monde qui me disent qu'on est parti pour l'instabilité. Mais moi j'observe les choses, je regarde les faits de manière très précise : Que constate-­?t-­?on ? D'abord, qu'il y a des discussions politique et qu'effectivement il faudrait être sourd pour ne pas les entendre ou aveugle pour ne pas les voir entre une partie de la majorité et le Gouvernement. Mais, ces discussions politiques elles sont, j'allais dire, assez naturelles. Dans toute démocratie on le voit partout, il n'est pas absolument anormal qu'il y ait des divergences de point de vues entre l'Assemblée et le Gouvernement. En revanche, sur le plan des faits, j'ai pu observer d'ailleurs avec intérêt et satisfaction que le budget avait été voté, que le contrat de projet était passé, que la convention sur le retour de l'Etat dans le RST était également passé et dernièrement que le collectif budgétaire avait été voté. Donc si vous voulez, c'est pour ça que je dis que l'instabilité se trouve plus souvent dans les fantasmes ou dans les têtes que dans la réalité. Puisqu'aujourd'hui, le Gouvernement malgré tout fait passer ses projets même s'il est amené à discuter. Mais ça j'allais dire, le rôle de tout gouvernement est de discuter avec le législatif. "....
Marie Christine DEPAEPE :
Il nous reste à peine une minute M. le Haut-commissaire, vous avez bon espoir, confiance que ce Pays va pouvoir mener à bien sa reconversion économique ?
Lionel BEFFRE, Haut-commissaire de la République en PF :
"Oui et paradoxalement, ce qui m'inquiète ça n'est pas ce que disent toujours les chefs d'entreprises sur la stabilité politique. J'ai répondu d'ailleurs tout à l'heure sur ce point. Ça n'est pas mon inquiétude. Mon inquiétude elle est plutôt de l'investissement des acteurs économiques eux-­?mêmes. Au fond, aujourd'hui l'Etat fait ce qu'il peut à travers la stabilisation du budget de la Polynésie puisqu'il y a eu l'avance de trésorerie, vous l'avez rappelé tout à l'heure. A travers l'aide à la commande publique, le Contrat de projet, et le 3e instrument financier donc nous faisons le maximum de ce qui est possible du point de vue du public. Mais, il faut qu'il y ait un relais qui soit pris par les investisseurs et honnêtement aujourd'hui, il n'y a pas d'instabilité. Il faut investir, il faut investir, ça ne passera que par cela. "

  • Twitter
  • Facebook

Facebook

Restons connectés sur notre page officielle !

Tahoeraa Huiraatira

Actualités

Restez informés : Newsletter / RSS